pettri

Le terrain, une notion clé de la santé

" Le microbe n'est rien le terrain est tout ! " Louis Pasteur

Les notions fondamentales de causes et de conditions

Pour qu’une bactérie pathogène puisse s’installer et proliférer il faut impérativement :

  • des causes (bactérie, dys-immunité, stress chronique, malnutrition, etc.)
  • des conditions (mauvaise hygiène, humidité, température, pH, nutriments, etc.).

La bactérie ne peut ainsi proliférer et libérer son potentiel pathogène seulement si les conditions le lui permettent.

La prédisposition d’un terrain pour faire émerger des fleurs, des champignons, des fruits ou des légumes dépendra d’un ensemble de facteurs essentiels à leurs bons développements. Il en va de même pour la santé et l’ensemble des pathologies qu’un organisme est potentiellement capable de générer. Le cancer fait partie de ce type de pathologies auxquelles se rattache tout un ensemble vaste et complexe de paramètres autant biologiques (hygiène de vie, prédispositions propres), psychologiques qu’environnementaux.

Il est donc primordial de cultiver au mieux les conditions favorables à la santé afin d’éviter une glissade irrémédiable vers la maladie. D’où l’importance de connaître l’état de son terrain via différents outils d’évaluation afin de pouvoir maintenir les causes et les conditions favorables à la bonne santé.

L’épigénétique ou l’importance de la modulation génétique

Cette discipline biologique nous éclaire sur la manière dont le gène va coder ou non une protéine en fonction des informations reçues. Si l’information épigénétique est issue d’un comportement à risque (stress, mal bouffe, environnement pollué, etc.) le gène exprimera des prédispositions pathologiques.

L’épigénétique a donc le pouvoir de moduler voir même de modifier l’acquis génétique.

Des travaux récents ont mis en lumière l’importance de l’impact des conditions (psychisme, hygiène de vie, environnement, alimentation) sur la modulation génétique dans la protection ou l’induction de maladies multiples. Biologiquement la modulation épigénétique s’effectue par le biais de la méthylation. Cette méthylation a lieu en permanence dans toutes les cellules de notre organisme. Il s’agit d’un processus qui consiste en la transmission d’un groupe méthyle (un atome de carbone lié à 3 atomes d’hydrogènes, ou CH3) d’une molécule à une autre. Ce procédé permet à lui seul d’assurer une multitude de fonctions organiques, comme la production et la régulation de très nombreuses molécules dont des neurotransmetteurs, les hormones, la détoxification organique via la production de d’antioxydants, la dégradation de l’histamine dans l’intestin, etc.

Les différents modèles d’évaluation du terrain biologique

La notion de terrain est propre à la vision naturopathique de la santé. C’est une vision holistique de l’être dans son ensemble qui détermine les forces et les faiblesses d’un organisme. Le potentiel d’un organisme à maintenir son équilibre vital de façon optimale peut être révéler par des mesures, des observations et des signes cliniques. Plusieurs médecins et scientifiques illustres ont proposé des méthodes d’évaluation et de traitement de terrain en voici une liste non exhaustive :

  • Hippocrate avec sa notion de tempéraments
  • Samuel Hahnemann avec sa notion de miasmes chroniques
  • Antoine Nebel avec sa notion de constitutions
  • Jacques Ménétrier avec sa notion de diathèses
  • Hans-Heinrich Reckeweg avec sa notion d’homotoxicologie
  • Günther Enderlein avec sa notion de polymorphisme
  • Louis-Claude Vincent avec sa bioélectronique de terrain
  • Claude Lagarde avec sa notion de terrain en micronutrition

 

 

En consultation différents outils diagnostiques de terrain vous sont proposés :
  • Le Bilan Proteomis
  • Le test Heitan (test de la goutte de sang séché)
  • Le questionnaire micronutritionnel Iomet
  • La bioélectronique de Vincent (à venir)